innovation polycook refroidissement par azote agro-alimentaire

Le refroidissement a L’azote un froids rapide et efficace 

Parmi les substances très froides, l’azote liquide est une référence : il présente une température de −196 °C, ce qui est suffisant pour réaliser toute sorte d’expériences, et même de la cuisine (crème glacée instantanée, par exemple).

Mais alors d’où provient ce froid ? Comment reste-t-il à cette température si basse sans se réchauffer ?

Une question de chaleur latente

La réponse à ces deux questions réside dans la chaleur latente de changement d’état.

Quand on chauffe un corps quelconque, par exemple de l’eau, la chaleur apportée va en élever la température. Chauffer de l’eau à 20 °C va ainsi la faire monter à 60 °C. Si l’on chauffe encore, la température monte de nouveau, jusqu’à 100 °C. Lorsque l’eau atteint 100 °C, elle bout.

C’est à ce moment qu’il faut comprendre ce qui se passe : si l’on continue de chauffer de l’eau bouillante, la température n’augmentera pas : l’eau restera à 100 °C. À la place, l’eau liquide va passer à l’état de gaz.
On peut chauffer autant que l’on veut : tant qu’il restera de l’eau liquide, la température de l’ensemble restera à 100 °C. Toute la chaleur apportée à notre eau sera consommée exclusivement pour changer l’état de l’eau, provoquant la vaporisation.

La chaleur que l’on apporte à notre eau, mais qui ne modifie pas la température (seulement l’état, liquide ou gazeux), est appelé « chaleur latente ».

Et pour l’azote liquide ?

Pour l’azote liquide, on a la même chose, sauf que ça ne se passe pas à +100 °C comme pour l’eau, mais à −196 °C.

Par conséquent, lorsque l’on a créé de l’azote liquide très très froid (grâce à un frigo très très puissant, pour simplifier), il va se réchauffer au contacte de l’air ambiant. Sauf que l’azote « normal » est gazeux et non liquide : il va donc bouillir. Pour cela, il doit capter de la chaleur dans l’air. Et cette chaleur captée, elle va tout d’abord transformer l’azote liquide en azote gazeux avant de la réchauffer. En d’autre mots, l’azote restera froid tant qu’il sera liquide.

La chaleur apportée par l’air ambiant provoque le changement d’état du liquide mais ne le réchauffe pas : c’est de la chaleur latente. L’azote dans son état liquide ne peut exister au dessus de −196 °C. Si l’on atteint cette températures suite à un apport de chaleur, cette chaleur provoque uniquement le changement d’état.

C’est pour cela que ça reste froid. Et votre azote liquide reste froid d’autant plus longtemps que vous limiterez les transferts thermiques de l’air ambiant vers l’azote, par exemple dans une bouteille thermos.

Quelques remarques

Premièrement, les températures de changement d’état sont données pour quand on est à pression atmosphérique normale. Si l’on abaisse la pression, le changement d’état varie. L’eau peut ainsi bouillir à 60 °C, ou même 20 °C sous des pressions très basses.

Deuxièmement, les fumerolles que l’on voit quand l’azote liquide bout n’est pas de l’azote gazeux : l’azote est invisible. En réalité, l’azote liquide est si froid qu’il gèle l’humidité de l’air et forme des micro-cristaux de glace. Ce que vous voyez ce sont donc des micro-cristaux de glace en suspension dans l’air : autrement dit, un sorte de nuage.

Enfin, l’azote liquide n’est pas le seul produit utilisé pour produire du froid. De façon plus courante on trouve ainsi la glace carbonique : c’est du dioxyde de carbone à l’état solide. Ce dernier reste à −79 °C tant qu’il n’a pas totalement été transformé en gaz. Ici, la glace carbonique ne fond pas mais se sublime : elle passe directement de l’état solide à l’état gazeux, sans passer par une phase liquide.

Et si on veut avoir un froid plus intense que celui de l’azote liquide, on peut utiliser de l’hélium liquide, qui lui bout à −269 °C, soit 4 °C au dessus du zéro absolu ! Ce dernier étant cher à produire, il n’est utilisé que dans les domaines de recherche qui ont vraiment besoin de ces températures. On préférera utiliser, là où c’est possible, l’azote liquide, qui est bien moins rare et moins cher.

 

Menu